HEGEMON: Contemptus Mundi (2008-Season Of Mist) [Black-Metal]

Publié le par Nyktalgia

Hegemon-contemptus-mundi.jpg

 

 

Six années après son second opus 'By this, I conquer', HEGEMON nous revient avec 'Conptemptus Mundi', troisième album qui inaugure la signature du combo avec le label Season Of Mist sur la branche Underground Activist (qui devrait lui apporter notamment une diffusion bien plus large que par le passé...). Pour ma part, c'est une découverte. J'avais vaguement entendu parler de ce groupe, assez exceptionnel paraissait-il. Aprés plusieurs écoutes et recherches sur le net, je dois avouer être tombée sous le charme du groupe.
HEGEMON fait ses débuts en 1997 avec une démo limitée à 500 copies 'Rape the banner of light' qui s'épuise très vite, d'où la décision des membres fondateurs A et N de la rééditer sous un autre titre et à plus d'exemplaires.Cette meme année,on notera l'arrivée de Krzyss et F, suivi l'année suivante de celle de Jb en 1998, qui scellera le line-up définitif. Aprés ce cours d'histoire assez rapide, je vous propose de découvrir avec moi l'univers du groupe de Black-Metal originaire du Languedoc-Roussillon...

C'est le titre "Itenou Pedjet" qui ouvre le bal et qui annonce en quelque sorte la couleur de l'album, inutile de préciser que la dominante sera noire ! L'originalité du groupe se trouve dans le mélange de mélodies, de guitares acoustiques et de rage que le groupe manie a merveille. Efficaces, les titres s'enchaînent sans jamais lasser l'auditeur. C'est donc ici, pour moi, le point fort du groupe : un mix suprenant qui en met plein les oreilles.
Tentative assez audacieuse, car certains mélanges finissent rapidement par produire un effet "fouillis" (pour ne pas dire bordélique), et on a tendance a passer les titres pour en finir avec l'album...
Le titre éponyme de l'album prouve que HEGEMON a sû garder ses influences guerrières qui ressortent plus ou moins explicitement selon les titres. C'est entre autre le cas dans "Aî Abur Shapû" où on entend des râles guerriers alternés de parties de chants gutturaux, le tout divinement bien marié avec des riffs qui ne laissent pas indifférents.
"Felix qui potuit rerum cognoscere causas" est pour moi le titre qui sonne le plus Black-Metal, démarrant directement avec un hurlement surchargé de guitares saturées, bien qu'une once de mélodie s'installe vers le milieu de la chanson.
Sur "Because of war, because of men" nous avons droit à un blast assez puissant qui est assez rapidement dépassé par un enchaînement à la flûte, histoire d'apporter encore une fois de la mélodie à la brutalité.
"Eli, Eli, Lamma Sabacthani" est sans aucun doute possible la chanson la plus contrastée de l'album, atmosphère religieuse qui s'avère être une véritable ôde à la Nature. Un titre influencé par les Terres Bretonnes ? C'est bien probable puisque 'Contemptus Mundi' y a été enregistré en une quinzaine de jours.

  L'Artwork, quant à lui, ne peut qu'accompagner à merveille cette musique prenante, qu'il s'agisse des photographies de promotion (où les membres apparaissent sous forme d'ombres (peut-être pour conserver un certain anonymat) ou des pochettes d'album.
HEGEMON reste tout de même fidèle au mode opératoire criard du Black-Metal "basique" et, contrairement a certains groupes brutaux et nihilistes, nous sentons une forme d'Art certaine au sein des abysses de HEGEMON.

Publié dans album

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article