HELLFEST 2008: Live-Report + Photos Live

par Nyktalgia & Pablo  -  16 Juillet 2008, 15:38  -  #live-reports

 

hellfest-08-120k250g1.jpg


HELLFEST Edition 2008 par Pablo & Nyktalgia :


Il fait beau. Ca parait débile de dire ça, mais c'est bien la première pensée que l'on a
quand on arrive à Clisson. Un temps superbe même. Pour ceux, comme moi, qui ont vécus le Hellfest de l'année précédente, c'était la plus grande crainte. On part donc déjà avec un bon sourire, en espérant que cela ne se gâte pas. Les jours suivants ne feront d'ailleurs pas démentir cette espérance.
Arrivés la veille à 22h à cause d'un retard de train (un sabotage, des cailloux sur la voie, il n'y a pas à dire, certains n'ont vraiment rien à faire de leur vie), le camping est monté, et la bonne ambiance nous met directement dans le bain. On remarque déjà que le festival a amené des gens de nationalités très diverses. En effet, à peine la tente montée, ce sont des slovènes qui nous proposent le premier raffraichissement. Je parlais du temps précédemment, et il s'avère ici important. L'année dernière, il ne se passait pas grand chose sur le camping parce que chacun était barricadé dans sa tente, pour cause de pluie. Bon certes, pour dormir, ça sera bien plus compliqué : boules quiès obligatoires !

VENDREDI :
Le réveil vendredi matin est chaleureux. Sourire partout, on acceuille une température de 30 degrés au moins. On met sa petite crème solaire, et on s'équipe pour le premier concert de la journée. Le fait d'avoir mis le camping juste en face du festival facilite bien les choses : cinq petites minutes de marche, pour les pass-press une quasi-abscence de file d'attente. L'organisation du Hellfest a tirée des leçons de ses erreurs passées : une file d'attente pour les festivaliers "classiques" et une autre
pour les pass-press et autres VIP.Encore un sacré gain de temps. Visiblement cela va assez vite pour tout le monde dans la file d'attente.

On commence le repérage du site, on repère les trois scènes, et on va au camp press. Après tout ULTRA VOMIT ne commence que dans 30 minutes.
Hyper classieux, et bien arrangé. Un bar, un grand écran qui diffuse des concerts
(Le Live de Donnington d'AC/DC quand on arrive, il y aura aussi un live de RAMMSTEIN et un autre de METALLICA).
Ca, c'est pour la partie couverte, mais il y a aussi une partie ouverte, avec des transats ! Quelle n'est pas notre surprise de découvrir également un car, avec à son bord des ordinateurs, avec internet ! Et oui, ils ont vraiment pensés à tout.
On prend une petite bière, et on va se placer pour ULTRA VOMIT, sur la Mainstage...


ULTRA VOMIT
:
(Pablo) : Jouant à domicile, le groupe n'a vraiment pas l'air d'avoir une trés grande pression, malgré le fait d'ouvrir ce Hellfest. Ils ouvrent sur "Quand j'étais petit", du dernier opus, notre super chanteur déguisé pour l'occasion en Lemmy. A jouer une chanson parodiant MORTORHEAD, autant jouer la parodie à fond !
On a ensuite droit à "Darry Cowl Chamber", "Les Bonnes Manières", "Gremlins At the gates" ou encore "Moutains of maths" et "Je possède un cousin". La foule chante à l'unisson avec le groupe.
Et puis c'est le drame : une prise d'otage ! Un canard s'avance sur scène, armé et visblement déterminé. Ses revendications ? Que le groupe joue SA chanson : "Je collectionne des canards (vivants)" !
Le groupe, menacé par une arme, n'a pas le choix, il s'exécute pour éviter d'être lui même exécuté. Et c'est repartit pour une bonne tranche de rigolade. Set terminé, trop court comme d'habitude. Trés bon concert. On reprochera la basse bien trop forte, ce qui va d'ailleurs se répèter pour tout les groupes jouant sur la grande scène.


BORN FROM PAIN
:
(Nyktalgia) : Un des seuls groupes de Hardcore présent cette année je me devais donc d'aller voir !
Aucune surprise, je ne doutais pas que BFP sur scène, ca balance. Un live un peu trop court mais bon venant d'un groupe très communicatif interpretant des classiques comme « Stop At Nothing », « Rise Or Die ».
Bon souvenir en somme, sauf pour mes poumons qui eux n'ont pas supportés la poussière du sol produite par les moshparts et les circle-pits du live, public à fond dedans, tant mieux, j'ai passé un bon moment et tant pis pour le cracha noir.


DANKO JONES
:
(Pablo) :J'avais raté la bande en 2006. Hors de question de réitérer deux fois cette erreur. J'avoue ne pas connaitre trés bien le groupe, mais du peu que j'en savais, c'était à voir.
Le groupe arrive décontracté, on sent la bonne humeur sur le visage du frontman.
L'énergie du set est énorme. Punk dans l'esprit, rock'n roll jusqu'au bout des doigts.
Après un show explosif, je peux affirmer que l'excellente réputation du groupe n'est en rien usurpée !


SEPTICFLESH
:
(Pablo) :Jouant à peine 20 minutes après DANKO JONES, je fonce pour bien me placer. En effet, si la Mainstage et la Secondstage sont côte-à-côte, ce n'est pas le cas de la Discoverstage, qui se situe à l'autre bout du site.
Il y a beaucoup de monde sur place, SEPTICFLESH est évidemment trés attendu depuis sa reformation.
C'est avec une joie non retenue que la foule acclame l'entrée du groupe sur la scène.
Les titres dévastateurs s'enchainent : "Unbeliever", "When all is none", "Anubis", et en finissant sur le magique "Persepolis". Un morceau trés long, auquel je ne m'attendais pas sur un set d'à peine 40 minutes.
Beaucoup de titres des deux derniers albums sont joués, et avec brio qui plus est.
Un de mes meilleurs concerts du Hellfest, sans aucun doute.


MAYHEM
:
(Pablo) :Après une pause bien méritée et avoir repris des forces pour le marathon qui s'annonce, je me place sur le côté de la Secondstage. Annulé pour cause de blessure du batteur Hellhammer en 2007, pas mal de gens attendaient avec impatience leur show.
Il est clair que ce fut loin d'être un excellent concert de MAYHEM. Les ayant vu à la LOCO en novembre 2007 avec Hellhammer remis de ses émotions, je peux dire que l'ambiance si importante pour apprécier le groupe y a perdu au Hellfest. Joué en salle fermé à 22h et joué à 17h35 en plein soleil, ce n'est vraiment pas pareil.
Les morceaux joués sont loin d'être mauvais, mais les conditions pour rentrer pleinement dans le concert ne sont tout simplement pas réunies. La basse est qui plus est trop forte, et le guitariste Blasphemer a une attitude réellement détestable. Son départ du groupe ne m'attriste guère après sa prestation. Surtout après qu'Attila se
soit préparé à commencer une dernière chanson et que Blasphemer face signe au reste du groupe qu'il n'y en aura pas d'autre. Dommage, parce que la prestation du chanteur était vraiment hallucinante.


SICK OF IT ALL
:
(Pablo) :Encore un groupe qu'il me fallait obligatoirement voir au moins une fois avant de mourir. Il faut bien dire que si le show de MAYHEM m'a pas mal déçu, celui de SOIA m'a totalement comblé. Déjà parce que pour profiter d'un concert de bon Hardcore, un soleil bien présent, c'est parfait. Ensuite parce que la setlist du groupe était génial. Bon avec des titres de deux à trois minutes, sur un show de cinquante minutes, il y a franchement de quoi faire.
Et puis bon surtout, c'est SICK OF IT ALL. Dont acte. Ce fût le deuxième groupe à ajouté à ma liste des meilleurs concerts du Hellfest. Enumérer tout les titres qu'ils ont joués serait trop long. Par contre je peux vous dire que ce fut un joyeux bordel dans le pit quand les premières notes de "Take the night off" ont résonnées.
Beaucoup de titres du dernier album, "Death To Tyrants", d'ailleurs.
J'allais oublier les gens sur la scène même moshant et encourageant le pit à plus de furie encore. Et puis le gateau d'anniversaire sur scène pour le bassiste, avec toute la fosse chantant un joli "Happy Birthday". Rien à redire, excellent d'un bout à l'autre.


KRUGER
:
(Pablo) :Ne connaissant pas encore bien le groupe, j'avais promis aux trés aimables membres du groupe après l'interview qu'ils m'avaient accordés de venir les voir. Bon il faut bien avouer que de toute façon j'y allais bien plus de gré que de force. Je ne suis malheureusement resté que 20 petites minutes parce que DIMMU BORGIR joué presqu'en même temps. Soit la moitié du set. Mais quelle moitié de set ! Le set était principalement axé sur le dernier album, faute de temps. KRUGER prends sont temps dans les morceaux, et sur quarante minutes de set, c'est dur.
Reno est un chanteur extrêmement charismatique, et la foule lui fut facilement acquise. On dit souvent que les suisses sont lents. Croyez moi, pour KRUGER, malgré l'étiquette qu'on lui colle souvent de "progressif", c'est loin d'être le cas ! Les envolées aériennes dignes de NEUROSIS et MASTODON restent toujours d'actualité, mais le côté plus efficace du dernier opus de KRUGER rend la chose plus entrainante dans le pit. Félicitation au groupe d'avoir réussit le tour de force de rammener autant de monde à son concert, alors qu'il jouait en même temps que KATATONIA et DIMMU BORGIR.


DIMMU BORGIR
:
(Pablo) :Il faut croire que jouer sur un festival avec d'autres grands noms du Black metal comme MARDUK ou WATAIN a rendu DIMMU BORGIR prudent. La setlist a donc vu pas mal d'anciens morceaux pendant une heure de show.
Bien sûr en dernier on a eu le droit à l'ultra classique "Mourning Palace", mais avant il y a eu "Spellbound", "Reptile", et "In Deaths Embrance". Du dernier on a vu entre autre "The Serpenting Offering",  "The Chosen Legacy", et "The Sinister Awakening". Bon on a toujours pas eu "Kings Of the Carnival Creation", ce qui, depuis le concert d'octobre à l'élysée-montmartre, commence à me frustrer !
L'habillage en armure de Saggrath visait sans nul doute, comme le fait de jouer des vieux titres, à donner aux festivaliers un concert Black old school. Un trés bon concert.


TESTAMENT
:
(Pablo) :Découvert sur le tard, voila un groupe de thrash qu'il me tardait de voir. Avoir croisé les membres du groupe dans le camp-press peu de temps avant, alors qu'ils se dirigeaient vers l'espace dédicace, ne me rendait que plus impatient. Là non plus, pas de déception.
Ah si, une seule : qu'ils n'aient pas joué "Practice What You Preach" !
Enfin à part ça, un trés bon concert. La bonne humeur totalement au service d'un thrash old school efficace avec un Chuck Billy au chant possédé par sa musique. Un vrai frontman ce type. Il fallait le voir faire chanter la foule sur les "oh oh oh" de "More Than Meets The Eye" !
Et puis les solos énormes de TESTAMENT  en live, c'est vraiment quelque chose de magique. Une des bonnes baffe du Hellfest.


CARCASS
:
(Pablo) :Culte. On ne peut pas vraiment définir le groupe de Jeff Walker et Michael Amott autrement.
En live, CARCASS était bien plus qu'attendu. La plupart des festivaliers étaient au concert ce soir là, ne serait-ce que pour dire "je les ai vu". Alors si le son s'est sensiblement amélioré au fil du set, il faut bien avouer que ça manquait un peu de pêche. Un set un poil trop statique qui nuit à une musique quand même trés groovy. En somme, pas mieux que sur album. Mais ça restera un trés bon concert tout de même.
Un des autres problèmes c'est qu'après autant de concerts, quand on arrive au derniers, on commence à vraiment fatiguer. Pour apprécier un concert à sa juste valeur, c'est dur.


VENOM
:
(Pablo) :Comme pendant Hendrix à Woodstock, la foule commençait à déserter le festival lorsque Venom entama les premières notes de "Black Metal". En même temps, avec un concert d'une heure et demi débutant à une heure du mat', on ne peut pas en vouloir aux gens d'aller se coucher. Le seul problème du Hellfest en somme, long en durée.
Bon sinon, VENOM alors ? Et ben du trés bon à tous les étages. Déjà pas mal d'humour. Il est clair quand matière de satanisme, VENOM est aussi sérieux que WATAIN est délirant. Rien que les noms de chansons à base de "Hell" (Hellfest justement, ça tombe bien hein ?) ou "Satan" (In League With Satan) voir "Fire". Bref du bon metal pas prise de tête.
Si le son n'était pas aussi top que la calvitie des membres de VENOM, on a eu le droit à un show haut en couleurs (le noir surtout, créateur malgré eux du mouvement Black metal oblige me direz-vous) avec une sacré dose de feux et autres explosions pyrotechniques. Une vrai bonne baffe. Il aurait fallu attendre 25 ans tout de même !


KRISIUN
:
(Nyktalgia) :Je ne connaissais que de nom et j'ai bien été surprise !
Une scène occupée que par trois membres et il faut croire que ca suffit pour envoyer un maximum de violence et de son ! Un public vraiment dedans et un enchainement de bordel au sein de la fosse qui ne cesse pas une minutes pendant un enchainement d'environ 8 titres. Une découverte qui mérite que l'on se penche plus sur ce trio de Death métal Brésilien.


MARDUK
:
(Nyktalgia) :C'est à la tombée de la nuit que s'abbat le premier fleau de haine sur le Hellfest avec les Suédois de Marduk.
Arioch/Mortuus dans toute sa splendeur vomissant titres après titres avec une violence grandissante qui se transmet jusqu'au public. Le petit plus de show sera la venue de Nemtheanga qui ne fera qu'emplifier l'énormité du live qui fut bien sur trop court...on aura quand même entendu les grands classiques « Baptised By Fire » et « The Hangman Of Prague » et un show qui s'achève sur « Panzer Division Marduk », que demander de plus?
Je n'ai qu'une seule chose à dire : vivement leur passage à Paris avec Morbid Angel !
Ce premier concert rééllement apprécié de la journée pour ma part sera le début d'une grosse prise de baffes venant des groupes Black métal passant sur la Discoverstage tout au long du fest.
Que la fête commence...

SAMEDI :


THE OLD DEAD TREE
:
(Pablo) :Voir un aussi bon groupe en ouverture de la journée est loin d'être aussi simple que pour ULTRA VOMIT. THE OLD DEAD TREE,  c'est avant tout une ambiance, et je craignais que le soleil nuise à cette dernière. Visiblement le groupe a passé outre ces deux obstacles et l'acceuil du public est chaleureux.
Jouant trente minutes, la bande de Manu a eu le temps de distiller son petit effet sur le fest, avec "Dive", "So be it", "It can't be", "We Cry as one", ou encore "Unrelenting". Pour la deuxième fois que je les vois, je ne suis toujours pas déçu de leur prestation, toujours fortes en émotions et en intensité.
Le charisme naturel de Manu ne gâche en rien cela. Bravo à eux.


LEGION OF THE DAMNED
:
(Pablo) :On ne peut le nier, LEGION OF THE DAMNED, c'est un groupe taillé pour le live. Compos efficaces à souhait,
breaks énormes, le Death Thrash des Hollandais ne fait pas dans le détails. Ca doit saigner !
Le concert fut comme d'habitude : percutant et impeccable. Même la basse n'a pas joué les troubles fêtes cette fois-là. Un bon début de journée donc.


SATYRICON
:
(Pablo) :Il est clair que de Black metal, il n'en reste pas grand chose dans l'attitude du groupe. Encore un peu dans les anciennes compositions de la formation norvégienne, guère plus dans les nouvelles.
Ou alors du Black'n roll. Satyr en live, c'est un frontman de rock en fait. Mais ça n'a rien à voir avec l'ambiance malsaine de WATAIN ou MARDUK. Maintenant si on l'aborde comme un concert de Black'n roll, c'était efficace.
Sympathique, voila comment on pourrait décrire le concert, pas mémorable, loin de là, mais cool. Reste "Mother North" et "Fuel for hatred", toujours énormes en live.


TREPONEM PAL
:
(Pablo) :Encore un groupe culte. Il faut dire qu'être les créateurs avec MINISTRY du Metal Industriel dans les années 80, ce n'est pas rien. Puissant, c'est le mot qui convient au concert de TREPONEM PAL. Envoutant même, avec ses rythmes tribaux et groovy à souhait. "Dirty Dancing" a laisser des traces dans le pit, soyez en sûr !
Et l'interview que le groupe m'a accordé quelques heures après leur show m'a confirmé ma première impression : TREPONEM PAL est un vrai grand groupe, dont la priorité n'est pas de faire de la soupe pour vendre le maximum, mais bien de faire une musique humaine, et de qualité.
Merci à eux pour cette monstrueuse baffe.
 

APOCALYPTICA
:
(Pablo) :Loupé en 2006, encore un groupe qu'il me fallait voir. Les finlandais vont donnés une trés bonne prestation, le son n'étant pourtant pas aussi parfait qu'il aurait dû l'être pour servir la musique de la formation.
Ca fait toujours plaisir d'entendre les reprises de METALLICA et SEPULTURA
("Fight fire with fire" ou "Refuse/Resist") mais on peut désormais apprécier les propres compos des finnois.
Et force et de dire qu'en live, ces dernières rendent bien.L'interprétation du groupe est énergique et il est clair qu' APOCALYPTICA a encore de beau jours devant lui.


HAEMORRHAGE
:
(Nyktalgia) :Je les attendais ces tarés d'espagnols et j'ai bien pris ma claque ! Le chanteur arrivant ensanglanté sur scène est totalement barré, plein de mimiques et gesticulants partout avec des cerveaux dans de bocaux ou encore des intestins, une bonne boucherie ! Une boule d'energie contagieuse qui donne au public une envie de s'entrechoquer le plus violamment possible.


MINISTRY
:
(Pablo) :Qui a dit Marathon ? Dernière tournée du groupe avant son arrêt définitif, sans aucun doute, c'était LE groupe à ne pas rater avec CARCASS et VENOM. Pas de remords de mon côté, j'y étais !
J'ai pris des baffes dans ma vie sur le plan musical, mais alors celle là... Dévastateur !
Déjà que sur album c'est du pur bonheur, en live, MINISTRY c'est magnifique.
Une vraie Busherie ! (On me dis que je ne suis pas le premier, tant pis !)
Le petit fasicule présentant les groupes me le souffle, un concert d'anthologie !
Al Jourgensen est vraiment incroyable sur scène, et on sent qu'il se crée alors pendant le concert une sorte d'osmose entre la foule et le groupe.
Magique on vous dis !


ETHS
:
(Nyktalgia) :J'ai trouvé ca drole qu'on mette les petits Francais producteur de néo-métal chiant à la place de Soilwork ? Mais bon, je n'ai pas su résister à l'écoute lointaine du riff au début du titre "Samantha", surprise, je connais encore toute les paroles aprés 3 ans au moins que Eths déserte mon lecteur mp3.
Bon, c'était un peu cool de voir Candice se tripoter et se dandiner comme un ver sur scène.
Une set list un peu soporifique (on voulais "Déléna" et "Détruis moi", merde!) mais on remarque bien les efforts du groupe pour tenter de mettre l'ambiance, c'était un peu raté, mais bon, c'est l'intention qui compte hein ?


BENIGHTED
:
(Nyktalgia) :C'est que je les attendaient avec impatience la bande de Stephanois déchainés de la scène Death Française ! Déjà vu plusieurs fois et bien que celle-ci ne soit pas leur meilleure préstation j'ai quand même pris mon pied !
Groupe fidèle à lui même : toujours aussi sympathique dégageant une réelle énergie sur scène ainsi qu'une violence balancée par des riff et des blast a se briser la nuque...comme d'hab, le public se déchaine dans une ambiance "boucherie bon enfant". Une set list bien cool enchainant les "tubes" allant d'ICP à Foetus en passant par Identisick, petit regret pour Stay brutal tout de même ! Mot de la fin ? Benighted rules.


THE CAVALERA CONSPIRACY

(Pablo) :Ayant vu Soulfly en février 2006 au Bataclan, je savais de quoi Max Cavalera et Marc Rizzo étaient capables en live. Par contre voir le batteur originel de Sepultura en plus, ça donné un petit côté spécial au show à venir. Tellement spécial que c'est le seul concert sur la Mainstage où j'ai fait barrière, c'est dire.
Des affirmations de ceux qui avaient vu les frères Cavalera à Paris début Juin, il fallait s'attendre à environ 5 ou 6 reprises de SEPULTURA. Avec un fan de SEPULTURA période Max comme moi, la barrière était totalement justifiée.
Les lumières s'éteignent, Max et Igor entrent sur scène, avec ce sourire qui dit "heureux d'être ensemble". Le groupe ouvre sur "Inflickted", et la fosse se déchaine. Même sans sa puissance vocale d'antan, Max est un frontman énorme, il faut bien l'avouer.
Alors passons le fait que tout l'album de CAVALERA CONSPIRACY a été joué, on y retiendra d'ailleurs "Dark Ark" et "Bloodbrawl" ainsi que "Must Kill", monstrueuses.
Ce qui intéresse beaucoup de monde, c'est les reprises de SEPULTURA. On m'avait dis 5 ou 6. Il y en a eu 8 ! Rien que ça.
Ca a commencé méchamment après "Inflickted" et "Sanctuary" par "Territory". Et ouais ! Igor a pu laissé libre-cours à sa maitrise derrière les fûts. Dans la fosse, c'est la folie. Pour pas mal de monde, c'est la première fois qu'ils voient ce titre en live joué par les frères Cavalera.
Et puis d'autres grands titres viennent ponctuer le set : "Inner Self", "Propaganda", "Refuse/Resist", "Troops Of Doom" où le fils d'Igor Cavalera prendra la place de son père à la batterie, "Arise", "Orgasmatron" la reprise de MOTORHEAD disponible en bonus sur l'album Arise. Et puis en rappel on a le droit à "Roots Bloody Roots", avec en guest le chanteur de ZUUL FX. Un bon guest d'ailleurs, qui aide un peu Max en peine sur les cris gutturaux. On repart au camping avec un sourire jusqu'au oreilles.


ANAAL NATHRAKH
:
(Nyktalgia) :Une des plus grosses attentes du Hellfest pour la majorité des festivaliers et dans l'ensemble je crois que tout le monde a été un peu déçu. J'ai entendu de loin, le son des guitares brouillons m'a sauté aux oreilles et un chant qui, force est de constaté, me les a cassées.
Mouais, on va aller se boire une mousse !


SHINING
:
(Nyktalgia) :Vu à Paris fin 2007, j'avais un peu la flemme de me bouger jusqu'à la Discoverstage pour retourner voir un show qui m'avait un peu fatigué au bout d'une quarantaine de minutes...et apparament j'ai eu tord ! Je n'ai vu que la fin du concert et je peux affirmer que musicalement c'etait assez bien foutu et mis en place, on ne peut pas en dire de même pour Kvaforth qui a apparament fait des siennes (mutilation, alcool, petites agressions sur fan et photographes).
Un grand regret du fest vu les échos !


WATAIN
:
(Nyktalgia) :Une des raisons à ma venue au Hellfest 08...je les avaient loupés lors de leur venue à Paris au cours de l'année 2007 et je comptais me ratrapper cette année, durant ce live qui aura durer le temps d'un rêve, trop bon et surtout trop court.
J'ai essayé de me placer comme j'ai pu vu le nombre de personnes présentes à la fin du show de Shining et qui n'avaient pas bougées pour les Suéduois surpuissants du Black metal.
Je m'impatiente, je ne tiens plus en place et je suffoque à moitié sous la chaleur de la Discoverstage et des gens hystériques autour de moi, quand arrive la bande de Watain sur sa fidèle chanson d'ouverture "Legion of the Black lights" et c'est parti pour 40 minutes de froideur, de haine et de malsain à l'état pur. Watain balance ces titres, balance le feu et je m'y jette corps et âme jusqu'au morceau jouissif tant attendu pour ma part : "I am the earth", je suis totalement en trance malgres la déception qu'ils n'aient pas joués "Devil's blood", j'ai à peine le temps de me remettre d'un titres à un autre que...le show est terminé, la bande d'Erik part comme elle est arrivée : froidement.
Inutile de dire que c'était pour moi le concert du fest...
 

BELPHEGOR
  :
(Nyktalgia) :Plus connu pour ces paroles risibles que pour ces concerts, allons jetter une oreilles à Belphegor.
Un concert de Black death comme il y en a des miliers, rien pour se faire démarquer ou pour emballer un peu plus le public, je ne suis pas vraiment rentrée dedans.
Peu être est ce la fatigue qui se fait sentir ou le faite d'être blasée d'entendre les titres de "Goatreich" et "Pestapokalypse VI" s'enchainer à grande vitesse...


IMPALED NAZARENE
:
(Nyktalgia) : Je n'ai entendu que de loin ce show qui avait l'air bien long et soporifique, un son pas terrible, bref, rien qui me donne envie d'aller y voir de plus prés.


PUNISH YOURSELF
:
(Nyktalgia) :Je suis allée voir très rapidement, j'ai dansé un coup et suis repartie aller voir ailleurs.
Un vrai show éléctro-punk-bizarre qui envoye bien la sauce mais j'ai préféré rester à l'exterieur, fatigue quand tu nous tiens ! Cela dit, j'aimerais bien les revoir dans de meilleures conditions, car ça vaux le coup !

DIMANCHE :


MUNICIPAL WASTE
:
(Pablo) :Après un passage bien mérité au seul lieu de sustentation grand public du coin (bref le Mc Donald à côté du Leclerc), on se presse pour voir ce groupe qui fait tant remuer les foules et la presse musicale. Moi qui adore le Thrash Old School, je sais que je vais prendre mon pied.
Une planche de surf dans la fosse se balade, la couleur est donné : on ne se prend pas la tête !
Et puis le groupe entame son set dans la joie et la bonne humeur, le guitariste rappelant avec son instrument le regretté Dimebag Darrel, cheveux bouclés type thrash à foison, il est clair qu'on est dans le revival du Thrash !
La pêche du groupe communicative est la qualité d'interprétation des morceaux, avec la quantité de riffs puissant va finir de clore le débat quand à l'avis sur MUNICIPAL WASTE : Municipal Waste is gonna fuck you up !


MESHUGGAH
:
(Pablo) :MESSHUGGAH divise le public, mais une chose est sûr, il ne laisse personne indifférent : on n'aime ou pas !
Moi j'avoue que je ne connaissais pas plus que ça, mais des amis musiciens m'en avaient dit tellement de bien, qu'il fallait bien que j'aille me faire mon avis. Et franchement cela valait le coup que je me déplace !
C'est vrai que niveau technique, on en a pour son argent. Les solos sont dévastateurs, et quand on vient de voir ORIGIN juste avant sur la Discoverstage, on se dit que l'on ne va pas être trop dépaysé !
La basse va baisser en volume au fur et à mesure que le set s'écoule, et la puissance de la rythmique s'en trouve paradoxalement augmenté. Si on ajoute les pompiers et leurs jets d'eau sur la fosse bienvenues, on va dire que c'était un excelllent concert.


OPETH
:
(Pablo) :Comme d'habitude un groupe qui possède des morceaux atteignant sans grande difficulté les dix minutes, un set de cinquante minutes, c'est court. Le son est moyen, pas de grande qualité, mais on va dire que ça peut aller.
Je dois avouer que je ne suis pas rentrer totalement dans le concert. Le bourdonnement énervant de la basse y est sûrement pour quelque chose. Ce n'est que pour les deux derniers morceaux que le son deviendra vraiment bon et que j'apprécierais vraiment l'ambiance. Il est clair que le groupe n'a pas démérité, et cela reste un bon concert.


ORIGIN
:
(Nyktalgia) :Groupe attendu pour ma part, j'ai quelques appréhentions à la vision du chanteur qui s'enchaine les bières et les vodka-coca tout en tappant des phases bizarres au camp-press...Bon, allons nous mettre en place pour le concert.
Ca débute en foutant le bordel direct, j'ai été frappée par l'intensité du set et par son efficacité.
A noté les mimiques du bassiste au second chant de chat hystérique assez drole *toussote*
Un live de plus pour se péter les cervicales, c'est parti ! Mais quand ca se termine, c'est bien aussi. Je me voyais mal tenir une heure comme ça!


ROTTEN SOUND
:
(Nyktalgia) :Groupe attendu aussi, je me suis tirée au bout de trois titres. Manque de bol, les concerts de Death/grind sont majoritairement remplis de bons gros débiles poids lourds torse nus qui foncent sur vous sans que vous ayez rien demandé. Malgrès ça, le peu que je suis resté le live était pas mal, mais j'ai eu du mal a rentrer dedans. Dommage !


NOFX
:
(Nyktalgia) :Surprise par leur présence sur l'affiche autant que (voire plus) par l'ambiance entendue de loin, ca avait l'air d'être la fête !
Mais je n'ai pas bouger de ma belle pelouse en plein soleil pour autant.


DYING FETUS
:
(Nyktalgia) :Une fosse bondée, j'ai donc décidée que je ferai un concert de plus de loin. Il avait l'air d'y avait une sacré bonne ambiance et le très peu que j'en ai vu témoigne d'une bonne boucherie !
Peu être mon second regret du festival après Shining.


AT THE GATES
:
(Pablo) :Et le retour du marathon épique ! Quatre groupes cultes à enchainer, dur, mais tellement bon.
Ca commence donc avec AT THE GATES. Groupe culte pour tout les fans de Death Mélodique, AT THE GATES arrive sous les applaudissements de la foule, le chanteur à la casquette courant comme un jeune loup. Il est le plus dynamique, sautillant partout. Le reste du groupe est plus statique. Mais la musique elle est bien comparable au chanteur : hyper entrainante.
On a bien AT THE GATES en face de nous. Et la foule ne s'y trompe pas. Le set recèle ses classiques : de "Slaughter of the soul" à "Cold" et "Nausea", quasiment tout l'album culte du groupe est joué ce dimanche soir. Une excellente ambiance, avec en guise de rappel le mythique "Blinded by Fear".
Le groupe quitte la scène sous les applaudissements et sous les sonorités de "The flames of the end",l'outro de Slaughter Of The Soul. Excellent concert encore une fois.


MOTORHEAD
:
(Pablo) :Le trés gros morceaux du festival. La bonne humeur est de rigueur ! Monsieur Lemmy Kilmister rentre logiquement après ses deux compères. Le phrasé typique du chanteur met directement dans le bain.
Et le show commence. On a le droit à pas mal de titres d'albums différents. De "Terminal Show" à "Sucker" et "Overkill" en passant par le mythique "Aces of Spades". Pendant que les titres s'enchainent, une tente passe sur la fosse, un campeur visiblement pressé de rentrer chez soit !
Et puis pendant un titre, les "miss" de MOTORHEAD entre sur scène ! On comprend désormais pourquoi il y avait cinq filles opérant un striptease dans le camp press : elles étaient là pour MOTORHEAD !
Danse, flammes, on prends un pur plaisir avec une surprise totalement dans l'idée que l'on se fait du groupe : Sex & Rock'n Roll !
On aura également le droit à un solo de batterie. Le meilleur concert de la soirée sans aucun doute !
Au cas où, Lemmy en sortant nous le rappelle : We're Motorhead and we play fuckin rock'n roll !


MORBID ANGEL
:
(Pablo) :Voila un groupe culte s'il en est : fondateur du Death metal Floridien avec DEATH. Rien que ça !
Et David Vincent, frontman du groupe est là pour nous le rappeler. "Immortal Rites" et "Chapels of gouls" du mythique album "Altars Of Madness", des titres de "Covenant", tous plus agressif les uns que les autres.
Maitrise technique, on le savait, mais ce soir, MORBID ANGEL a clairement la maitrise scènique. On rentre trés facilement dedans, grâce au style ultra efficace des compos, le style old-school aide.
Bref un concert encore excellent !


SLAYER
:
(Pablo) :Deuxième Hellfest d'affilé pour SLAYER, cette fois-ci en tête d'affiche du dernier jour de fest.
Si AT THE GATES est la référence du Death Mélodique, MORBID ANGEL du Death "tout cours" et MOTORHEAD celui du Heavy Metal, SLAYER est clairement la référence du Thrash. Il est le seul encore respecté depuis ses débuts, contrairement à METALLICA par exemple.
On connait la set-list par coeur mais c'est toujours avec plaisir qu'on les revoit !
De "Raining Blood" et "Angel Of Death" en passant par "Spirit In Black" et "Black Magic", pas un seul titre n'est pas un tube. Les morceaux du dernier album, "Christ Illusion", rendent extrêmement bien en live.
D'abord "Cult", l'un des meilleurs titre de SLAYER d'après moi. Et puis "Eye Of The Insane", "Jihad".
Le seul défaut du concert réside en la faiblesse de la voix de Tom Araya. Depuis le Unholy Alliance II, j'avais bel et bien noté cela, mais c'est encore plus visible maintenant. C'est dommage parce au niveau de la musique, c'est toujours aussi puissant. Mais ça reste encore un concert énorme.
SLAYER reste encore leader du Thrash, et on ne se demandera pas pourquoi après ce concert.



Alors, vous l'aurez compris, cette édition 2008 du HellFest a été une franche réussite, alors d'abord, nous remercions en coeur l'équipe du festival pour leur accueil et leur professionnalisme, et en deuxième Jess de Listenable Records, qui nous a permis de réaliser tout ça!
Pour finir en beauté, voici donc un Diaporama de photos prises lors de cet évènement, ou on peut y retrouver des groupes aussi divers que At The Gates, Benighted, Legion Of The Damned, Mayhem, Satyricon, Sick Of It All, Testament, Cavalera Conspiracy, Ultra-Vomit & Venom :

 

 

 

 


david martin 01/07/2008 19:43

Superbe diaporama !! Bravo , cela devait être dément !! 

Nyktalgia 01/07/2008 15:46

Yeah bien cool d'avoir fait un slide pour les photos !!Le report arrive bientot et on met ca en commun avec Pablo dés son retour de vacances !