ALL THAT REMAINS: Overcome (2008-Prosthetic/LaBaleine)[Metalcore]

Publié le par TopheR

All-That-Remains-Overcome.jpg



Formé en 1998 par l'ex-chanteur de Shadows Fall Philip Labonte, voici donc revenir ALL THAT REMAINS avec 'Overcome', son nouvel et déjà quatrième album. Issu de ce qu'on appelle dorénavant la "New Wave Of American Heavy-Metal', plus connu sous le patronyme de Metalcore, le groupe du Massachusetts a la particularité d'être considéré par rapport à ses paroles comme un groupe de Metal Chrétien...
Je l'avais personnellement découvert en 2004 avec l'album 'This Darkened Heart', et je trouvais qu'il apportait déjà à l'époque une touche particulière avec son style, car possédant des influences multiples, allant du Death Mélodique au Thrash-Metal en passant par des solos purement Heavy...

Car ici, pas question de faire un album bourrin comme tant d'autres, ALL THAT REMAINS mêle les genres pour mieux se les accaparer, et je ne peux m'empêcher de penser que la bande à Labonte est au Metalcore ce que Scar Symmetry est au Death Mélodique. Je comprends que ça puisse rebuter en certains, mais au moins le fait de mélanger ces vocaux gutturaux venus tout droit du Death Mélo Suédois à un chant clair cristallin, permet de ne pas s'ennuyer avec les 11 titres qui composent ce nouveau disque, et qui se termine notamment par une reprise intéressante du "Believe In Nothing" de Nevermore.
Du nerveux "Before The Damned" qui ouvre l'album, jusqu'au très gentillet "Two Weeks", ALL THAT REMAINS nous offre un Metalcore il est vrai très mélodique mais pas dénué d'intérêt, ni mou du genou pour autant!

Et musicalement me direz-vous? Eh bien c'est plutôt du bon, meme si ce n'est pas exceptionnel par rapport au reste de cette scène américaine. Les riffs se veulent plutôt incisifs, les blasts se montrent présents quand c'est le moment, et ces solos la plupart du temps aux abonnés absents dans le Metalcore, se veulent ici plutot brillants et inspirés!
D'ailleurs la production exemplaire de Jason Svecof (Trivium,Chimaira,Devildriver) est surement pour beaucoup dans la réussite de cet album, car il a réussi à tirer le meilleur de chacun des musiciens du groupe, et faire exploser au grand jour, et ce bien plus que sur les offrandes passées du combo, les talents vocaux de Philip Labonte qui passe avec une facilité déconcertante d'un chant Death rugueux à un chant clair mélodique que ne renieraient certains groupes de Metal Atmosphérique,comme le prouvent des morceaux comme "Days Without" ou encore "Do Not Obey".
Dépaysant!

Publié dans album

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article