UNEXPECT: Interview

Publié le par Jaleh


 

 

Dans le Metal Inclassable, que l'on nomme assez habituellement  "Avant-Garde Metal", on retrouve des groupes aussi différents que Arcturus, Atrox voire même quelque part nos Misanthropes nationaux... Mais malgré tout, comment ne pas donner la palme du groupe le plus Weird aux Quebecquois de UNEXPECT, qui va sans nul doute encore beaucoup plus loin dans le genre? Pour s'en convaincre, quoi de mieux qu'une interview, pour en savoir plus sur le groupe?
C'est donc avec Chaoth, bassiste du groupe que nous avons pris le temps de nous entretenir, quelques semaines avant le retour de UNEXPECT pour une tournée européenne en fin d'année...


 

Tout d’abord, félicitations pour votre album In a Flesh Aquarium qui est à mon humble avis un grand bol d’air dans la scène Metal aujourd’hui. Pour ceux qui ne vous connaissent pas, pouvez-vous vous présenter en quelques lignes ?
 

Hm.. cette chère question d’introduction. Plusieurs personnes se demandent quand est-ce qu’il vont savoir s’ils ont du succès. Parce que le succès ce n’est pas nécessairement l’argent ou passer a la télé ou que tes parents achètent tous tes albums. Le succès est différent pour tout le monde et tout le monde essaie de le définir mais pour moi, je crois que le succès est officiel quand tu ne te fais plus poser cette question la dans un entrevue. J’imagine mal un entrevue avec System of a Down commencer par ‘’Alors pour ceux qui ne vous connaissent pas, introduisez vous au public’’ Alors je répondrai avec espoir mais non sans réflexion, ceci :
Nous sommes UneXpecT, né a la fin des années 90 des terres froides et hautement créatives de Montréal dans le merveilleux pays qu’est le Québec. Après un ‘line-up’ en constante instabilité au début du nouveau millénaire, nous sommes devenu plus sérieux et plus impliqués dans la scène américaine dans les 5 dernières années. –‘’ La scène ? Mais quel scène ?’’ me direz vous ! –‘’Baissez le ton !’’ vous répondrais-je. –‘’ Mais Monsieur, je ne criais pas’’ poursuivrez-vous. -‘’Oh Pardon’’ corrigerais-je d’un ton humble mais audacieux. Et ainsi de suite jusqu'à réaliser qu’on s’écarte du sujet radicalement. Avant-Garde Métal. Circus Métal. Métal mélodique avec touche Électronique, Jazz, Ambient, Noise, MathCore, Gypsy avec un zeste de citron pourquoi pas. Suffit d’écouter pour ne pas comprendre.



Comment votre groupe s’est-il formé ?


UnexpecT a eu 2 vies en fait. Le groupe a vu la lumière au bout du tunnel et est resté dans un état comateux pendant près de 2 ans mais il s’en est sorti, pas sans séquelles par contre. Le groupe s’est formé dans la 2e moitié des années 90 et était a l’époque un groupe de métal d’influences européennes avec des groupes comme At the Gates, In Flames, Emperor et un paquet d’autre groupes que je ne pourrais même pas nommer. A noter que UneXpecT était un des premiers groupes a adopter ce son plus Européen au Québec dans les années 90. Plusieurs des membres ont quittés le groupe en 2001 et le début du remodelage et du coma commença. Ce qui est intéressant c’est que c’est probablement ce ‘coma’ d’inactivité pendant près de 2 ans qui a remodeler et changer le son du groupe de manière permanente puisque en ayant jouer et composer tout ce temps sans drummer, l’exploration sonore et mélodique a pris des directions différentes et est allé très loin, trop loin peut être. Des pièces comme "Summoning Scenes" ou "Desert Ubania" sont nées principalement de cette époque.

 

 Votre musique est…étrange, lunatique, explosive. Cette originalité vous a-t-elle toujours été bénéfique ou au contraire, n’a-t-elle pas souvent été trop déroutante pour le public ?

Étrangement je dirais les 2. En étant constamment les bizarres de chaque ‘line-up’ de show que nous faisons, nous ne collons à aucune scène en particulier. Des groupes comme Ion Dissonance ou Despised Icon (pour rester dans la famille) trouvent leur place rapidement sur une scène déjà existante, dans ce cas particulier, le Métalcore. Mais en étant un groupe bizzaroïde d’Avant-Garde Métal, tu te retrouve a être sans parents, sans scène précise. C’est comme essayer de créer son propre mouvement musical a partir de rien. D’un autre coté, le fait d’être aussi varié nous a fait jouer autant avec des groupes de ‘Female-Fronted Metal’ que de MétalCore ou de Death ou de Black ou même d’Expérimental donc j’imagine quand étant sans famille précise, on se colle un peu a tout. Pour ce qui est de la musique, c’est certain que ce n’est pas de l’écoute facile mais on essaie de faire une musique que nous n’avons jamais entendu, quelque chose de pas ennuyeux. A vous de juger si on réussit.


Quand on écoute votre musique, on pense à Atrox, Arcturus, Carnival in Coal…Avez-vous des influences précises ?


Je sais que Arcturus a jouer un bon rôle dans les influences initiales du groupe peut être plus dans la première vie du groupe fin 90 début 2000. Le métal mélodique ou métal européen des années 90 était l’influence principale du groupe dans ces débuts et ça s’entend encore aujourd’hui mais maintenant avec toute l’historique des changements de membres et les nouvelles influences que chacun a apporté, l’étendue de la connaissance musicale des 7 membres actuels est impressionnante. C’est un peu comme mettre un juif, un catholique, un protestant, un bouddhiste, un sataniste, un mormon et un athée dans une pièce et leur dire de s’entendre sur une religion… Que sommes nous devenu mes amis…

 



 

Votre musique est non seulement parsemée de Metal mais aussi de jazz, d’électro…Vous avez l’air assez ouverts sur la musique en général. Qu’écoutez-vous en dehors du Metal ?


De nos jours la question serait plus… Écoutez vous aussi du métal ? Ou peut-être que j’exagère. Hmm… absolument tout en fait. La bonne musique c’est la bonne musique, tout style confondu. Je comprend que des gens n’aiment qu’un style de musique comme le métal, par exemple, mais leur band finit inévitablement par sonner que comme du métal, ce qui est, pour moi, un peu froid et unidimensionnel. Un peu comme manger du steak tous les jours, je suis sûr qu’au bout de 3 semaines tu commences a avoir envie de tuer pour un bout de céleri. Enfin… de la Pop au Grindcore. Du Classique a l’électro-Jazz.
Concrètement : De Tori Amos a Between the Buried and me. De Bach a Venetian Snares. De Jamiroquai a Dillinger Escape Plan. De Kaki a Bleu Azur… Oh pardon ! ca c’est des couleurs. On voit l’topo.
TA-LA-SA-BA… MA-BA…. DA-TA-CA… !

 

J’ai pu voir quelques vidéos de vos prestations scéniques. Est-il facile de retranscrire une musique comme la vôtre en live ?


Et bien pas spécialement non. C’est effectivement assez technique mais je n’aime pas vraiment les groupes qui ne font qu’être debout sur scène a jouer les bons riffs. Disons que les mouvements excessifs et l’exorcisme personnel font partis intégrals des pièces et des prestations. On a appris avec les années à jouer des pièces compliquées en donnant un show le plus physique possible. L’influence musicale est une chose mais l’influence de la performance live peut aussi jouer grandement sur la nature d’un groupe et pour moi At the Drive-In et Dillinger Escape Plan sont mes principales influences pour ce qui est de la performance scénique. J’espère avoir pu apporter une partie de cette énergie brute sur la scène avec mon arrivée dans le groupe il y a maintenant plusieurs années ou au moins avoir contribué a l’aspect visuel avec ces influences. Aussi, quand on se déchaîne sur les planches dans un environnement suintant la distorsion et le chaos, on peut se permettre de rater quelques notes, mais quand c’est une performance a la télévision ou pour une webzine comme il nous a été donné de faire récemment avec Fearless Music ou VlazeMetal.com, il faut savoir être très précis et très droit sans toutefois perdre l’intensité. C’est un sport en soi… jouer fort mais bien…. Pas simple.


Jouissez-vous d’une certaine notoriété dans la scène metal au Canada ?


Au Québec principalement oui, ça fait quand même 10 ans que le groupe est actif dans cette région. Pour ce qui est du Canada anglais, nous avons fait 2 tournées nationales complètes et avons parcouru le Manitoba et l’Ontario a maintes reprises. La scène est très différente au Québec, à mon avis plus riche et plus professionnelle qu’ailleurs en Amérique alors c’était une leçon d’humilité pour nous de parcourir l’entièreté de la map. Disons que notre situation est confortable au Québec mais, comme c’est insuffisant pour vivre de son art, et comme nous avons des pensées de conquête du monde alors… on roule… et on roule… et on roule.

 

Avec quel(s) groupe(s) aimeriez-vous faire une tournée ?


La liste serait longue…. Voyons voir. Je crois qu’une tournée internationale avec Metallica pourrait être bénéfique pour notre image… mais dans le domaine du plus raisonnable. Dream Theater, Mindless Self Indulgence, Sleepytime Gorilla Museum, Dillinger Escape Plan, In Flames, Between the Buried and Me, Mike Patton (dans un de ses nombreux projets), et une liste qui ne finirait pas vraiment. En fait, on s’entend très bien avec tous les bands qui partagent la scène avec nous. Nous répandons la chaleurs des Canadiens français dans un monde des fois un peu trop sérieux et compétitif. Donc, si tu lis ces quelques lignes Lars… AMÈNE NOUS EN TOURNÉE !



 

Unexpect : que veut dire ce mot et pourquoi l’avoir choisi comme nom de groupe ?


Ce nom a été choisi il y a bien des années et j’ignore quelles ont été les premières intensions qui ont mené a ce nom mais, UnexpecT veut dire ce que ça veut dire bien sur. Également, comme on est un groupe constamment en changement pour ce qui est des sonorités et des influences, tout ce qu’on fera sera justifié par le nom du groupe. Bref, si demain nous décidons de devenir un groupe d’électro-polka, nous aurons des regards inquiets du public, certe, mais ce sera toujours justifié.



Avez-vous envie d’écrire des textes en français ?


En effet, c’est quelque chose que nous voulons faire et qui a été un sujet de discussion pendant longtemps au sein du groupe. L’anglais semble évident comme langue musicale tout simplement parce que 96,43% des influences musicales que le groupe a connu sont anglophones mais, d’un autre côté, la langue ne devrait pas être un barème ou une barrière et c’est pourquoi nous avons aussi utilisé le Hongrois et le Siaknarf dans nos textes. Donc oui, une pièce en français verra le jour. Peut être même sur ce prochain album sur lequel on planche présentement.



Quelle évolution musicale voyez-vous pour les années à venir ?


Musicalement c’est impossible a décrire tout simplement parce que je ne peux pas lire l’avenir. On ne sait tout simplement pas quelle direction va prendre le groupe dans 5 ans parce que nous n’avons peut être pas encore ces influences-là. On ne va pas rester dans le même cercle a écouter des vieux disques de Metal et réécrire le même album 3 fois, ça c’est sur! Des groupes actuels comme Radiohead sont constamment en train de redéfinir et remodeler leur sons parfois vraiment radicalement comme la transition ‘Ok Computer’ a ‘Kid A’… tous les fans on fait un moyen saut. Mais c’est exactement ce que j’aime d’un groupe, l’évolution et l’élargissement du spectre musical. Je trouve beaucoup plus intéressant de voir ce qu’un groupe Metal peut faire avec des nouvelles influences de jazz que d’écouter un groupe qui essaie simplement de réécrire leur album qui a eut le plus de succès, c’est vivre dans le passé. Pour revenir a Radiohead, ils disaient eux même en entrevue qu’ils n’aimaient pas vraiment jouer des vieilles pièces, que ce qu’il y a de meilleurs et de plus intéressant pour eux est de jouer et faire découvrir le matériel plus récent tout simplement parce que c’est là qu’ils en sont rendus dans leur évolution musical et ils espèrent que les fans vont comprendre et partager cette passion. Une chose est sûre, c’est que nous avons pris énormément de maturité avec les tournées et les spectacles constants et le groupe est a un niveau de maturité jamais égalé auparavant alors, écrire le nouvel album est très intéressant.



N’avez-vous pas peur au bout d’un moment de ne plus surprendre le public ?
 

Non

 

Comment se porte la scène Metal au Canada en ce moment ? Les canadiens sont-ils plutôt influencés par la scène européenne ou américaine ?


Je ne peux pas parler pour le Metal Canadien en général mais au Québec plus particulièrement, le mélange des influences Américaines et Européennes est évident. Le Québec est une sorte d’hybride influencé par les scènes les plus importantes du monde mais sans se résoudre à aucune loi en particulier donc, il se passe quelque chose de très intéressant au niveau artistique et musical en général au Québec. Ça se voit aussi dans la manière de vivre des gens a Montréal ainsi que dans l’architecture. C’est exactement a mi chemin entre l’Europe et l’Amérique. C’est sûr qu’il y a beaucoup moins de groupes au Canada qu’aux États-Unis par exemple, ce qui permet de se démarquer peut être un peu plus facilement parmi ces groupes mais d’un autre côté, on a beaucoup moins de ressources pour se faire voir mondialement. Les labels important sont plutôt rares voir même inexistants pour le Metal au Canada, ce qui ne facilite pas la tâche aux groupes comme nous qui veulent parcourir le globe. La clef du succès, c’est d’être né en Californie. Et que dire des Californiennes… hmmmm. AL DENTE !



Merci d’avoir répondu à toutes nos questions ! Un dernier petit mot pour ceux qui lisent ces quelques lignes ?


PENSEZ , MES AMIS ! PENSEZ ! On est à la fin des années 2000 et la conscience mondiale est en train d’évoluer et de se métamorphoser. Autant en musique qu’en politique ou dans tout autres sphères les gens semblent comprendre ce qui est vrai et ce qui ne l’est pas. Votre esprit est ce que vous avez de plus précieux alors ne laissez pas les médias de masses le manipuler à leur guise. Nourrissez le de bonne choses. Suggestion du Chef ChaotH… un verre d’absinthe et un album d’UneXpecT.


Publié dans interviews

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article