ADAGIO: Dominate (2006) [Metal Néo-Classique]

Publié le par TopheR

 

 

Que de chemin parcouru depuis 2001 par le guitariste virtuose français Stéphane Forte... Après avoir formé la première mouture d'ADAGIO, sorti 'Sanctus Ignis' la même année, puis le deuxième album 'UnderWorld' en 2003, on peut dire que le groupe aura cette fois pris son temps pour nous offrir ce 'Dominate', qui risque d'être un tournant dans la carrière du combo. Même si ADAGIO reste avant tout un groupe de Metal néo-classique, autant dire qu'il n'est pas le genre à stagner sur place, et c'est tant mieux pour nos oreilles. Outre le départ de David Readman après l'album précédent, et l'arrivée d'un chanteur brésilien du nom de Gus Monsanto, inconnu jusque-là ( mais qui ne va pas le rester bien longtemps maintenant ), c'est surtout le style du groupe qui semble avoir le plus évolué.

Jusqu'à récemment, la comparaison avec un certain Symphony X pouvait avoir droit de discussion, mais je pense que les détracteurs du groupe français auront bien plus de mal à le comparer encore au groupe ricain cité plus haut... Ça commence d'ailleurs très fort avec un "Dominate" qui déboule à 100 à l'heure, où le chanteur montre d'emblée ses talents, passant allègrement d'un style de chant à l'autre, d'une voix haut perchée ( qui n'est pas sans rappeler Edu d'Angra ) à un chant Death, avec une facilité déconcertante... Sans compter les passages typés Black-Metal de Forte, qui renforce la noirceur de ce nouvel album...

Eh ben oui, le groupe a décidé de se renforcer, d'avoir des compos beaucoup plus sombres, d'y ajouter un chant extrême fort bien venu, ce qui n'empêche pas les duels épiques guitares/ claviers ou les arrangements symphoniques et néo-classiques d'être toujours là. Mais nul doute que les qualités vocales exceptionnelles de Gus Monsanto ont sans doute facilité la tâche pour une évolution qui ne semblait pas aussi facile que ça, et qui va maintenant permettre au groupe de se faire un nouveau public, assez allergique aux groupes néo-classiques habituels, dont je fais partie !

Jetez-moi une oreille à "Children Of The Dead Lake", qui semble à mon avis concentrer tout ce que je viens de vous décrire. Tout y est, le chant clair haut perché couplé au chant Death et Black, la section rythmique énorme, pour se calmer sur un passage purement néo-classique au piano enchaîné avec une rythmique Death/Black, pour finir sur un duel dantesque guitare/claviers absolument énorme. 'Dominate' n'est donc pas un simple album néo-classique de plus, mais bien un disque fait pour la plus grande partie des metalleux, ceux qui apprécient la bonne musique tout simplement !

Publié dans album

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article