LUNATICA: The Edge Of Infinity (2006) [Metal Symphonique]

Après un premier album, 'Atlantis', passé inaperçu à sa sortie en 2001, et le second, 'Fables & Dreams' en 2004, qui leur a permis une cetaine reconnaissance, voici revenir nos p'tits suisses, qui vont devoir cette fois passer le cap parfois difficile du 3e album.

Et il est clair que c'est pas gagné, malgré le talent indéniable de nos helvètes, car le metal symphonique, genre surchargé depuis quelques années, où tout a déjà été tenté , et où le fait de surprendre l'auditeur relève de l'exploit !
Ça commence d'ailleurs  par un long monologue aux relents symphoniques pompeux, où l'on n'est que moitié surpris que ce soit Sascha Paeth (Rhapsody, Kamelot, Epica, entre autres...) qui dirige ici les opérations, avant le morceau éponyme 'The Edge Of infinity', qui malgré des orchestrations somptueuses, n'apporte pas grand chose, il faut bien l'avouer !
Et dès ce début d'album, notamment sur ce 'Sons Of The Wind', je ne peux pas m'empêcher de penser d'un côté à ce que peuvent nous offrir les autrichiens de Edenbridge, finalement assez proches de Lunatica...Et d'un autre côté, on ne peut s'empêcher non plus de se dire que le fantôme de Within Temptation, période 'The Silent Force', plane dangereusement sur ce 3 album !
Mais là où le groupe semble avoir loupé quelques marches, et qui semble gacher leur travail, c'est à mon avis d'avoir engagé Carl Falk & Sebastian Thott (Britney Spears, entre autres...), qui signent avec 'Who You Are', le morceau le plus sirupeux et le plus gnangnan du metal symphonique à ce jour ! Il est clair qu'avec un morceau pareil les portes de l'Eurovision leur seront grandes ouvertes, et même un certain Michel Drucker ne tarira pas d'éloges à leur sujet !
Bon, je dois bien avouer être un peu méchant avec eux, mais je reste convaincu que Lunatica est capable de se passer de tous ces artifices, et de faire bien mieux, comme le prouvent des morceaux comme les excellent 'Together' et 'World Unleashed', qui représentent ce que peut faire de mieux le groupe. C'est épique, superbement produit et simplement plaisant à écouter, et c'est bien tout ce qu'on leur demande, non ?
Surtout quand un groupe termine avec un morceau comme le duo entre Andrea Datwyler & Oliver Hartmann (At Vance, Avantasia,,,) sur le somptueux 'Emocean', morceau de bravoure sublime, qui mérite (presque...) à lui seul l'achat de de ce 'The Edge Of Infinity'...
En tout cas, un album parfait pour initier vos amis au petit monde du metal !
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Personnaly © 2014 -  Hébergé par Overblog