THERION: Gothic Kabbalah (2006) [Metal Symphonique]

Publié le par TopheR

   

 

Pratiquement 3 ans d'absence depuis la sortie du double-album 'Lemuria/ Sirius B', comme le temps passe vite... Mais on ne peut accuser THERION d'être à la traîne, car celui-ci a toujours sorti des albums plus que régulièrement, et on ne peut pas dire que celui-ci se soit reposé sur ses lauriers, car le voici revenir de nouveau avec un nouvel double-album flamboyant, composé de 15 titres qui devraient satisfaire tout fan de Metal dit symphonique qui se respecte.

Personne ne peut contester la suprématie du groupe de Christofer Johnsson dans ce style musical, car c'est sans nul doute l'une des références dans le genre. Mais 'Gothic Kabbalah', comme l'avait annoncé son leader est un album différent, plus direct & Heavy, moins grandiloquent que d'habitude, mais sublime en tout point, et qui devrait assouvir les attentes des fans à n'en point douter.

Produit par Stephan Glaumann ( Mercyful Fate, Dream Evil, entre autres... ), celui-ci annonce de suite la couleur avec le classieux "Mitternacht Lowe", qui débute ce nouvel opus. Point de grunts ou chants extrêmes quelconques ici, mais emmené par une rythmique des plus lourdes, les chants lyriques aussi bien masculins que féminins se partagent le travail dans une justesse qui force le respect. Et ça se confirme avec "Gothic Kabbalah", pur joyau de Heavy-Metal ou les voix s'entremêlent pour finalement ne former qu'une seule et même unité...

Le tour de force avec ce disque, c'est que Christofer Johnsson a su, en se passant d'un ensemble symphonique complet comme c'était le cas sur les albums précédents, faire quelque chose de différent, en travaillant énormément sur les voix, comme sur "The Perennial Sophia", ou c'est carrément classieux !

Personnellement, j'ai complètement craqué sur "Son Of The Stave Of Times", qui mériterait à lui seul l'achat de ce 'Gothic Kabbalah', pur joyau de Heavy symphonique ou chant enragé, chant soprano et arrangements symphoniques font merveille. Nul doute que le travail apporté par des Guests comme Snowy Shaw ( Dream Evil, entre autres... ) ou encore Mats Leven ( Malmsteen, At Vance... ) y est aussi pour beaucoup, sans oublier le travail apporté par les 2 chanteuses lyriques ici.

Alors certes, il n'est pas évident en quelques lignes, de résumer ce 'Gothic Kabbalah', ou on sent que THERION a voulu prouver qu'il n'était point enfermé dans son style, comme ça semble l'être pour d'autres (je pense notamment à Rhapsody Of Fire...), et c'est très bien ainsi. Et puis merde, un groupe qui finit par un morceau de bravoure comme ce "Adulruna Redivivia" et ses 12 minutes ne peut que forcer le respect, non ?

Publié dans album

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article