BEFORE THE DAWN: Deadlight (2007) [Dark-Metal]

Publié le par TopheR

before_the_dawn_deadlight.jpg

 

 

 

Le monde de la musique (quelle soit Metal ou pas...) est un monde parfois cruel et souvent sans pitié, je pense que chacun conviendra de cet état de fait, non ? Alors que des groupes plus que moyens tiennent souvent le haut du pavé, des bons voire des très bons rament à n'en plus finir, et ça doit être sacrément rageant quand même... Qui d'entre nous n'a pas flashé sur le skeud d'un groupe inconnu ou presque, en se demandant pourquoi la presse spécialisée n'en titillait un seul mot, alors qu'au contraire celle-ci nous rabattait les oreilles avec la dernière sensation Neo, Metalcore ou Gothique...

J'en arrive tout naturellement au sujet du jour, car je vais vous parler d'un groupe Finlandais qui ne fait pas partie de la vague Spinefarm qui a lancé bon nombre de groupes comme Nightwish, Sonata Arctica ou encore Children Of Bodom. BEFORE THE DAWN est un groupe qui revient ici avec son quatrième album en seulement 4 ans d'existence, et il est l'œuvre d'un seul homme, Tuomas Saukkonen. Même si depuis peu notre homme mène plusieurs projets de front, notamment Dawn Of Solace, nul doute que BTD reste et restera (enfin, je l'espère) LE groupe qui aura sa priorité.

Pour simplifier les choses, certains chroniqueurs classeraient volontiers nos Finlandais dans le Metal gothique, facilité oblige... Mais croyez-moi sur parole, il n'en est rien, et si on ne peut nier une certaine appartenance à ce mouvement musical, le style choisi est bien plus riche et intense que tous ces groupes que les labels nous abreuvent sans cesse, et c'est tant mieux, serais-je tenté de dire !

BEFORE THE DAWN officie dans un Dark-Metal riche en sonorités, qui puise tout aussi bien dans le Death Mélodique que dans le Metal Gothique, avec une musique léchée, notamment grâce à deux vocalistes de talent. Alors que Tuomas Saukkonen oeuvre dans un chant rauque et caverneux que l'on peut qualifier de Death, Lars Eikind donnerait lui plus dans un chant clair et précis, qui n'est pas sans rappeler le Goth voire l'atmosphérique... Profitant d'une production exempt de défauts, l'expérience sur les albums précédents aidant, Saukkonen nous offre sans nul doute, avec ce 'Deadlight' son œuvre la plus aboutie, notamment en démarrant en trombe avec avec un "Wrath" violent et énergique ou la voix sombre du leader charismatique fait des merveilles, avant un "Faithless" qui n'est pas sans rappeler 'My Darkness' sorti en 2003, ou les rythmiques lourdes se confondent avec ces claviers aériens, sans oublier ces deux styles de chants opposés qui se complètent à merveille... Mais une chose est sûre, BEFORE THE DAWN a décidé de durcir le ton comme le prouvent "Fear Me", "Eternal" ou encore "Morning Sun" avec ces guitares plus présentes que jamais, ce qui n'empêche pas les passages mélodiques et planants avoir leur droit de parole, car sans cela on n'aurait affaire qu'à un groupe plus ou moins comme tant d'autres...

 

C'est justement cette école dite Finlandaise qui fait la force de 'Deadlight', notamment grâce au travail de titan de Tuomas Saukkonen qui y a assuré les guitares, les claviers, la batterie et évidemment une grande partie du chant... Et pis merde, un groupe qui est encore capable de sortir après quatre albums des morceaux de génie comme ce "Deadsong" mérite bien un peu de considération, non ? D'autant plus que le groupe semble savoir rebondir, en finissant avec un '...' qui explore de nouvelles choses avec ce chant féminin fragile et angélique,vite rejoint par le chant torturé de Tuomas, ce qui donne évidemment envie de savoir si BEFORE THE DAWN continuera sur cette lancée, mais pour ça il faudra attendre le prochain épisode pour le savoir...

Publié dans album

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article