BLACK METAL IS RISING VI (Glazart 16-10-2010)

par Sephora  -  22 Octobre 2010, 20:37  -  #live-reports

 bmir6 flyer versionweb version2

 

 

RUNNING ORDER

OFERMOD

DARKENED NOCTURN SLAUGHTERCULT

OSCULUM INFAME

MORTIFERA

CHRISTICIDE

NYSEIUS

BLEEDING FIST

 

Cette année et pour la première fois, Les Acteurs de l’Ombre nous offre une édition du Black Metal Is Rising sur le sol du Glaz’Art. Nous avons tous maintes et maintes fois entendus que les Parisiens sont difficiles, voire impossibles à satisfaire… Je crois que l’association Black Métal du moment n’en a pas été loin cette fois, en proposant une affiche qui monte encore d’un cran. A noter déjà, l’organisation pointilleuse et bien présente par les différents membres du staff lors du concert, des temps d’attente entre les groupes respectés (pas deux heures de trou entre chaque groupe…) & surtout une ouverture et fermeture des portes dans le temps imparti.

 

Les portes s’ouvrent sur les coups de 15 heures et c’est avec les petits Français de MOONREICH que démarre ce sixième opus. Malheureusement pour le groupe et heureusement pour moi, le stand de merchandising est assez conséquent, donc je jette simplement une oreille et mes yeux sur rivés sur le stand DRAKKAR. Vinyles, tapes, t-shirt, patchs…tout ce dont on peut rêver !

 

On continue sur la lancée de groupe Français mais cette fois ci avec le groupe culte des années 1990 OSCULUM INFAME qui profite du BMIR pour une scène de reformation avec nouveau line-up et titres inédits. Avec une musique truffée d’influences Nordiques, OSCULUM INFAME nous livre un show froid et haineux, avec quelques légères influences « Diapsiquir » (ça c’était pour le coté on vous emmerde/on vous aime pas/allez tous vous faire mettre). Pour ma part c’est un peu une découverte, étant donner que je n’avais que quelques écoutes du groupe avant de franchir les portes du Glaz’Art. OSCULUM INFAME sonne donc comme une très agréable surprise, le tout surplombé d’un son correct (détail non négligeable !).

 

C’est maintenant au tour de NYSEIUS de faire son apparition, d’autant plus que celles-ci sont plutôt rares. Un groupe qui se fait une réputation solide avec seulement une démo à son actif, ça vaut le coup d’être vu… Contre toute attente je trouve le live médiocre, et la musique d’un vu et revu. On reconnait une petite influence début Deathspell Omega. L’agressivité de la présentation scénique me donne envie…d’aller boire une bière. Next.

 

C’est au tour de CHRISTICIDE de monter en scène, ceux à qui on doit cette bonne dose de bombers & des cranes rasés dans la fosse. De la haine, de la violence, un show carré vomi à la face d’un public qui n’en attendait pas moins. C’est en partie pour voir les Français de CHRISTICIDE que je suis venue, et je ne partirais pas déçue du voyage. Une bonne dose d’animosité in your face, un défouloir.

 

On attaque désormais avec MORTIFERA qui risque de reposé la salle après le passage de CHRISTICIDE, avec un black métal à tendance dépressif et mystique. Toute une ambiance. Je ne suis pas un fan du genre mais je dois avouer que cette petite heure plus «calme» que les autres est la bienvenue. Je pense néanmoins que ce genre de groupe ne peux pas déployer toute sa grandeur sur une petite scène telle que le Glaz’Art, voire même sur scène tout court, tout comme ce qui se rapproche de près ou de loin à de l’ambiant.

 

La claque reprend avec BLEEDING FIST qui me frappe au même moment qu’une espèce de rhume mêlé à une envie de vomir, je ne reste donc pas tout le set (mais avec quelques regrets), mais assez pour le confirmer : BLEEDING FIST c’est du vrai bourinage (dans tous les sens du terme, le bon comme le mauvais…).

 

DARKENED NOCTURN SLAUGHTERCULT. Je pense que c’est un peu le groupe attendu par tous le monde. Une (jeune ?) fille aux cheveux de plus d’1 mètre 50 qui crache du sang (avec les morceaux, s’il vous plait), c’est sur que ça attire l’attention. D’autant plus que le groupe Germanique à choisit le BMIR pour faire sa première apparition Française. L’ambiance sale et métallique pleut sur la fosse. Onielar et sa bande nous livre un show et une musique qui décèle tout ce qu’on peut espérer d’un live de "True Black". Pétri de riffs en puissance et d’énergie, DNS à fait, je pense, l’unanimité.

 

C’est au tour de la tête d’affiche Suédoise de faire son entrée, j’ai nommé OFERMOD. Le groupe catalogué de Black métal orthodoxe n’a fait que recoller son étiquette avec acharnement, en nous livrant un livre comparable à celui d’un Mayhem période 'De Myseriis', c'est-à-dire en pleine incantation et extase mystique. Les lumières se tamisent, et c’est avec une sorte de grimoire levé en l’air à bout de bras que le chanteur nous grogne les titres les uns après les autres. C’est sans surprise qu’OFERMOD exécute le show. Je suis contente d’avoir ENFIN vu le groupe qui à aussi choisir le BMIR pour son premier passage sur la scène Française. C’est une bonne manière de clôturé le sixième chapitre du Black Metal Is Rising…

 

Vous l’aurez donc compris, très peu de fausses notes lors de cet après midi Black metal. On a qu’une chose à dire : merci les Acteurs & vivement l’Acte VII !