SONISPHERE: présentation & conférence de presse

par Guillaume  -  27 Mars 2011, 17:32  -  #évènements

 

SONISPHERE 18.03.11

 

 

Qui n'a pas entendu parler l'an passé du festival SONISPHERE, qui s'est déroulé le 22 Juin 2010 à Sofia en Bulgarie, et qui regroupait ce qu'il convient d'appeler le Big Four, soit la réunion des 4 grandes figures du Thrash-Metal des années 80 (Metallica, Slayer, Megadeth & Anthrax). Et surtout qui parmi nous, n'a pas revé de participer à cet évènement d'exception?

Et comme le SONISPHERE n'est pas un festival figé, nous pourrons cette année en profiter car celui se déroulera à Amnéville les 8 & 9 Juillet 2011.

Et c'est donc en prééambule du concert de Slayer & Megadeth au Zenith de Paris le 26 Mars 2011, que nous avons été invités à la conférence de presse, histoire d'en savoir un peu plus sur ce festival qui s'annonce fort aussi bien en terme d'affiche que d'émotions...

 

 

 Conf presse Tolkki Matos

 

Conférence de presse Sonisphere

Une conférence de presse pour assurer la promotion du Sonisphere avait été organisée en marge du concert de Slayer et de Megadeth. Étaient présents des invités aussi variés que Dave Mustaine, Tom Araya, André Matos ou Timo Tolkki. La scène française n'était pas en reste avec la présence de Stéphane Buriez (Loudblast) et de Mouss (Mass Hysteria).

Animée par Salomon Hazot , président de «Nous Production» et d'une représentante de la ville d'Amneville (Carole), les médias présents ont eu l'occasion d'obtenir des éclaircissements d'importance concernant cette première édition française.

 

En termes de logistique tout d'abord, sachez qu'Amneville est assez rapide d'accès de Paris (1h30 de TGV jusque Metz, 15 minutes sur un autre train jusqu'Amneville). Cependant prenez garde à votre chargement car il vous restera 1,5 kms à parcourir pour accéder jusqu'au site du festival. Notez également que pour les prochaines éditions la localisation précise dans la ville devrait changer.

L'accent a été mis sur les activités annexes qui seront proposées dans le cadre de l'évènement. Ont été citées avant toute chose la mise à disposition de la plus grande piste de ski couverte (???) pour les festivaliers, au prix très abordable de 2-2,5€, prêt de l'équipement compris. Citées également de l'accrobranche, du golf, etc...

 

Pas sûr que le public metal vienne particulièrement pour ce genre d'activités, même en marge du festival. Par contre la ville semble être en plein branle-bas de combat pour offrir aux «clients» (unique terme employé par Carole) des formules aux couleurs du festival et promouvoir les multiples activités qu'elle semble offrir. Mise en avant également une meilleure hygiène de vie (surtout culinaire) pour enfin se restaurer d'autre chose que des rituels sandwichs douteux (et coûteux) des autres festivals. L'objectif étant -à terme- de renouveler le Sonisphere sur cette même localité les prochaines années; sur des durées plus longues (3-4 voire 5 jours), l'équipe affiche un réel désir de transformer le simple festival metal en vacances musicales, avec des occupations disponibles en permanence et des activités très variées entre deux concerts.

 

Jusqu'à présent la programmation de l'évènement ne provoque pas les foudres des associations qui sévissent chaque année pour le Hellfest. A ce sujet, quid d'une éventuelle concurrence entre ces deux festivals? Aucune, le Sonisphere se positionnant plutôt comme un festival complémentaire et dont l'organisation a voulu volontairement s'éloigner au niveau géographique et des dates. Évidemment, il en est de même pour l'affiche; «Nous Productions» ayant souhaité au maximum ne proposer que des groupes qui ne figurent pas au Hellfest.

D'autres informations seront distillées, telles la possibilité d'acheter des places à la journée dès lundi (50€ pour la journée du vendredi avec Slipknot, 65€ pour le Big Four du samedi). 30000 billets ont déjà été vendus, et au plus optimiste 70-75000 personnes sont attendues quotidiennement.

Seul point d'ombre à l'heure actuelle : le camping. Il est encore trop tôt pour définir combien de personnes voudront employer ce type de « logement ». Salomon Hazot se veut rassurant quant aux commodités qui seront mises à disposition et sur sa volonté d'offrir la meilleure qualité de service; tout en évitant les erreurs constatées sur le camping du Hellfest. Il aura l'honnêteté de ne pas garantir un taux de satisfaction de 100% pour les campeurs, mais nous assure de sa volonté de corriger ultérieurement le tir et de faire son maximum dès cette année.

 Conf presse Araya Buriez

Les interventions de Dave Mustaine et de Tom Araya nous permettront de juger la bonne entente qui semble régner entre eux désormais. Loquace, le premier répond gentiment à toutes les questions. Il nous annonce que peut-être un simili-jam à la manière du "Am I Evil" de l'an dernier n'était pas à exclure, mais que l'idée provenait généralement de James Hetfield et de Lars Ulrich.

Pas de setlist spéciale à attendre (comme l'intégralité d'un album). Il revient avec humour sur le parcours du groupe et sur ses incartades plus «commerciales»; sur sa joie de rejouer avec Dave Ellefson; ainsi que sur son autobiographie (qui vient de paraître en France) qui pour lui était avant tout le moyen de donner sa vérité sur des évènements et des histoires colportées au fil des années (il parvient même à citer comme exemple cette fameuse histoire de son chien frappé par James Hetfield...!).

Le second, lui, même s'il rit franchement aux mots d'esprit de son compère bavard, n'intervient que trop peu. Lorsqu'il est interrogé sur ses récents problèmes de santé, il commence par humblement présenter ses excuses et on le sent réellement peiné d'avoir dû annuler des dates. Aujourd'hui il se sent bien mieux et veut nous le faire savoir. Quant à l'absence de Jeff Hanneman, il semble que le sujet soit encore très sensible, malgré le fait qu'il guérisse très vite et qu'il aille bien mieux. Tom Araya ne sautera pas sur l'occasion pour rendre honneur à Gary Holt et se contentera de nous dire de nous estimer heureux que le groupe puisse jouer aujourd'hui. Jeff Hanneman pourrait donc être de retour plus tôt que prévu. Les deux lurons prennent congé après 15 minutes de présence, laissant s'exprimer un peu plus largement les quatre autres musiciens présents.

 Conf presse Mustaine

Stéphane Buriez aura l'occasion de nous parler du nouvel album de Loudblast et de la tournée internationale qui est en prévision; et évidemment de l'honneur que sa présence sur l'affiche peut représenter. L'opportunité de jouer avec ses influences majeures est un ravissement pour lui. Saluons par ailleurs la volonté manifeste de «Nous Productions» de faire participer des groupes français afin d'assurer sa représentativité sur la scène internationale (il y a encore du boulot, visiblement ni Mustaine ni Araya ne connaissent les groupes nationaux présents). Un quatrième «gros» groupe français (le troisième étant Gojira) devrait être annoncé d'ici peu.

Pour Mouss, c'est un rêve qui semble se réaliser et qui constitue un encouragement pour les petits groupes. La tournée de Mass Hysteria s'achevant sur le Sonisphere, il ne pouvait espérer mieux.

Cela fait presque 40 minutes que la conférence a commencé et ni Matos ni Tolkki n'a ouvert la bouche. Mouss les interpelle sur l'album de Symphonia...pour pas grand chose. Matos nous explique que l'album sort dans quelques jours et qu'ils devaient commencer la tournée au Japon mais qu'à cause des évènements récents tout a été annulé. Il nous sensibilise au passage sur cette tragédie. Timo fait juste part de ses souvenirs brumeux de sa dernière visite au Zénith. Point d'importance pour ceux qui s'attendraient à entendre des reprises d'Angra ou de Stratovarius lors d'un concert de Symphonia : c'est non, malgré la volonté apparente de Timo de reprendre par exemple 'Carry On'. Étant un nouveau groupe et pas un cover-band, il en est hors de question.

 

La première édition française du Sonisphere est plein de promesses alléchantes, espérons qu'au passage il nous offre un séjour intéressant!

Aux dires de son organisation, ça semble plutôt bien parti!


Facebook Sonisphere 

Sonispherefestivals, le site